Silvio SERRADIMIGNI

Silvio SERRADIMIGNI

 

C’est avec grande peine que nous vous informons du décès de notre Président d’honneur et grand ami Silvio Serradimigni, survenu le 18 septembre 2016, dans sa 100ème année.

 

 

 

Silvio SERRADIMIGNI Président d'honneur et Gérard BOCQUERY Président de l'ADIF de l'Oise

 

 

 

Né le 20 mai 1917 à Montefiorino, Silvio doit quitter ses grands-parents et son Italie natale à l’âge de dix ans pour rejoindre son père venu travailler en France comme bûcheron, après les nombreuses destructions de forêts dues aux combats de la Première Guerre mondiale. Son père remarié en France après le décès de sa première épouse ; la famille, devenue nombreuse, se déplace de chantier forestier en chantier forestier, dans l’Aisne puis dans l’Oise. Naturalisé français à sa majorité en 1938, le jeune Silvio trouve un emploi stable dans une champignonnière à Laigneville (Oise) et suit une préparation militaire peu avant sa mobilisation lors de l’entrée en guerre de la France contre l’Allemagne. Devenu sous-officier et démobilisé après la campagne de 1940, il regagne son domicile de Boulincourt, hameau d’Agnetz, et reprend une activité de bûcheron puis se marie. En 1943, l’ordre de réquisition pour le STO le pousse à entrer en clandestinité. Il rejoint alors un réseau de résistants. Victime de la rafle de Boulincourt, le 17 juin 1944, où les allemands arrêtent 10% de la population du village suite à une dénonciation, ils sont vingt hommes à être internés à la prison de Compiègne puis au camp de Royallieu avant d’être déportés au KL Neuengamme par le convoi du 15 juillet 1944. Commence alors une vie de misère, entre kommandos de déchargement de barges, de déminage, de creusement de canaux-antichars.

 

Fin avril 1945, avec l’avancée des troupes alliées, le camp de Neuengamme est évacué. Silvio Serradimigni est dirigé sur la baie de Lübeck où il échappe une nouvelle fois à la mort après le bombardement par les Alliés des bateaux dans lesquels les déportés étaient regroupés. Ils seront seulement trois sur vingt à rentrer de déportation. Revenu en France après avoir été pris en charge et soigné par la Croix-Rouge suédoise, Silvio Serradimigni s’investit beaucoup dans sa commune d’Agnetz en faveur d’activités sportives et autres, il créera, entre autre,  le club de football. Les installations sportives de sa commune portent son nom depuis de nombreuses années.

 

Croyant, il fit construire une chapelle, la "Chapelle des Déportés", dans la commune, en mémoire des Déportés de Boulincourt.

 

Silvio était Chevalier dans l’Ordre national du Mérite.

 

Il fut le grand témoin de notre revue « Le Déporté pour la Liberté » n° 577 d’octobre 2013

 

Les obsèques de Silvio ont été célébrées en l’Eglise Saint Léger d’Agnetz, vendredi 23 septembre 2016, les représentants et les drapeaux de l’ADIF-FNDIR de l’Oise étaient présents pour lui rendre un dernier hommage.

 

L’ensemble des membres de l’ADIF de l’Oise renouvellent leurs plus sincères condoléances à toute sa famille.

 

Gérard BOCQUERY président de l’ADIF-FNDIR de l’Oise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.