Madeleine MOREAU-TOURRETTE

L’une des dernières figures de la Résistance auvergnate, Madeleine MOREAU-TOURRETTE, s’est éteinte le 15 août 2017.

Fille d’un ouvrier ajusteur de chez Michelin, la jeune fille avait partagé l’engagement de son père dans la Résistance, notamment en permettant aux jeunes gens d’échapper au Service du travail obligatoire en Allemagne.


«Mado» était agent de liaison. Le 11 janvier 1944, sur dénonciation, Madeleine, son père, son frère, sa soeur et son beau-frère sont arrêtés par les Allemands et conduits au siège du SD à Royat. La jeune résistante est sévèrement torturée alors que son père meurt sous les coups de ses bourreaux.


Après un temps d’incarcération, Madeleine est déportée avec sa soeur Germaine à Ravensbrück puis en Tchécoslovaquie, au camp de Holleischen.


Les deux jeunes femmes sont libérées le 5 mai 1945.


La rescapée témoignera de son douloureux parcours tout au long du reste de sa vie, notamment auprès des jeunes.


Etablie à Riom, Madeleine Moreau-Tourrette était Officier de la Légion d’honneur, Médaillée de la Résistance et titulaire de la Croix du combattant volontaire de la Résistance.