Louis CROTET

Louis CROTET

 

C'est avec beaucoup de tristesse que nous apprenons le décès Louis CROTET, Déporté-Résistant, survenu dimanche 15 novembre 2020 à l'âge de 97 ans.



Louis CROTET était né le 9 octobre 1923 à AUDINCOURT dans le Doubs.


Troisième d’une famille de neuf enfants, sa mère est veuve.


Il entre dans la Résistance en juin 1941 : distribution de tracts, puis récupération et réparation d’armes, sabotage de lignes téléphoniques et de trains en partance pour l’Allemagne …


Arrêté le 29 avril 1942, avec une trentaine d’autres, par la police française, il est emprisonné à BELFORT puis BESANCON. Condamné à un an de cellule, il est remis aux Allemands en avril 1943 ;

de COMPIEGNE, il est déporté au KL MAUTHAUSEN. Il porte le matricule 26 730. En juin il passe par l’usine d’armement de WIENER NEUSTADT, puis à BUCHENWALD on lui appose un nouveau matricule, 31 775.


Il est dirigé sur le camp de DORA le 23 novembre 1943. Pendant 5 mois, il survit nuit et jour, sans jamais en sortir, dans le tunnel où sont fabriquées les fusées V2. Puis logé en baraquement à l’extérieur, il continue de « travailler » tous les jours dans le tunnel.


Devant l’avancée des alliés, le 15 avril 1945, les survivants sont évacués en train jusqu’à RAVENSBRÜCK, sans ravitaillement.


Quelques jours plus tard, c’est une marche de la mort de plus de 20 kilomètres par jour qui use les dernières forces. Le 29 avril, il réussit à s’évader.


Récupéré par des infirmières russes, atteint de typhus, il est soigné dans un hôpital de campagne, avant d’être rapatrié en France par les Américains.


Quand il retrouve sa famille le 30 mai 1945, il pèse 29 kg.


Il conservera des séquelles de ces 37 mois de souffrances et il est pensionné invalide de guerre.

 


Adhérent à de nombreuses associations, il a le courage d’être le porte-drapeau de l’une d’elles.


En 1995, les Films de l’I.F.O.R.E.P. ont réalisé une vidéocassette « Mémoire vivante de la Déportation - M. Louis CROTET – 18 au 20 mai 1995 » dans laquelle il raconte toute son histoire.


Il a témoigné longtemps de son douloureux passé auprès de collèges et de lycées du Vaucluse dans le cadre du CNRD.

L’association du quartier, où il résidait depuis 1968, avait fait des démarches auprès de la municipalité afin qu’une place de ce quartier porte son nom. La place, au Partage des eaux, a été inaugurée le 30 avril 2011.

 


Louis CROTET était Commandeur dans l'Ordre national de la Légion d'Honneur, médaillé militaire, titulaire de la croix de guerre 1939-1945 avec palme, de la croix du combattant volontaire 1939-1945, de la croix du combattant, de la croix du combattant volontaire de la résistance, de la médaille commémorative 1939-1945, de la médaille des blessés et de la médaille de la déportation pour faits de Résistance.


Il était membre-adhérent de la SMLH, de la SNEMM, de l'UFAC, du Souvenir Français et de l'UNADIF-FNDIR (union nationale des associations de déportés et internés de la Résistance et familles).

 


Compte tenu des règles sanitaires en vigueur, ses obsèques se dérouleront le jeudi 19 novembre 2020 dans la plus stricte intimité familiale.


Si les conditions sanitaires le permettent, nous lui rendrons un hommage au cours de la cérémonie de la Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation, le samedi 24 avril 2021 au cimetière de L'Isle sur la Sorgue.

 


Le Président national Jean-Marie Muller et l'ensemble des membres du Bureau national et du Conseil d'administration national UNADIF-FNDIR présentent leurs plus sincères condoléances à toute sa famille.

 


Parcours retracé par Lucien Buono. Merci à Raymonde Roux-Angles pour son aimable autorisation.


Gérard Bocquery
Secrétaire général adjoint national de l'UNADIF-FNDIR