François de BRONAC, Comte de BOUGAINVILLE

François de BRONAC, Comte de BOUGAINVILLE

 

Adieu François, Résistant, Officier de l'armée française d'Afrique et Commando de France


C'est avec une immense tristesse que nous apprenons le décès de François de Bronac de Bougainville. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il va tour à tour être Résistant, Officier dans l'armée française, débarquer en Provence, conduire une section de mortiers des Commandos de France, participer à la Campagne de France et d'Allemagne et participer à la libération de la ville de Belfort. Il avait 102 ans. Adieu François, et merci.


François de Bronac, Comte de Bougainville, nait le 19 juin 1918 dans le château familial de Kerdrého, à Plouay, dans le Morbihan. Son père, Henri de Bronac de Vazelhes, est alors Officier de marine en poste à Brest, comme officier de liaison auprès de l'American Expeditionary Force, corps expéditionnaire américain durant la Première Guerre mondiale.

Après des études au collège Sainte-Croix de Neuilly, il désire intégrer une école supérieure d’ingénieur en aéronautique en 1939. Mais la même année, la guerre éclate. Il a alors 21 ans.
Mobilisé, il devient au début de la guerre officier du génie. Il n'est démobilisé qu'en 1941, année où il est envoyé pour deux ans à l’école nationale supérieure d’aéronautique. Mais très vite, pendant cette période, il se rapproche de la Résistance et va fournir de nombreux dossiers de destructions ciblées d’installations de productions aéronautiques. Dans le même temps, le château familial est occupé par des troupes allemandes, qui devint le quartier général d'une unité d'ingénieurs pour le Mur de l’Atlantique.


Capturé et emprisonné durant l'été 1943 pour ses liens avec la Résistance, après son évasion, il est transféré en Afrique du Nord, où il rejoint les rangs de l’armée française d’Afrique. Il est retenu comme officier au sein des Commandos de France lors de la création en mai 1944 en Algérie de cette unité parachutiste. Il participe au Débarquement en Provence, à la campagne de France puis d’Allemagne comme chef de section de mortiers des Commandos de France. Il participe à plusieurs batailles d'importance, dont la libération de Belfort et les combats de la poche de Colmar.


Libéré avec les honneurs militaires, il décide de retrouver sa passion et en 1946, devient ingénieur en organisation du travail. Récipiendaire de nombreuses décorations pendant et après la guerre, dont la Croix de guerre 1939-1945 avec palmes, la Médaille de la Résistance française, La Médaille des Internés pour faits de Résistance ou encore celle des Évadés, François de Bronac de Bougainville a été promu Officier dans l’Ordre national de la Légion d’honneur le 8 mai 2018, pour son plus grand plaisir, un mois avant son centième anniversaire.


Il vient de nous quitter à l’âge de 102 ans, à son domicile de Kerdrého, à Plouay, dans le Morbihan.

Ses obsèques ont lieu ce jeudi 8 octobre 2020. Ayons une pensée pour lui en ce jour.

 


Source : Le Telegramme & Ouest-France