La Liberté assassinée

La Liberté assassinée

 

Communiqué national UNADIF-FNDIR

 

 

dimanche 18 octobre 2020

 

La Liberté assassinée

 

 

Les déportés, internés, résistants de l’UNADIF-FNDIR, leurs descendants, familles et amis, condamnent avec la plus grande fermeté le meurtre de Monsieur Samuel PATY, professeur d’histoire-géographie, commis le 16 octobre 2020 par un jeune terroriste islamiste, aux abords du collège « le Bois d’Aulne » à Conflans-Sainte-Honorine.

 

Ils sont bouleversés par les incitations à la haine, au rejet de l’autre, par le déchaînement de l’ignorance et du fanatisme sur les réseaux sociaux, et profondément choqués par la barbarie de cet acte d’une violence inouïe, eux qui se sont engagés très jeunes à combattre « la bête immonde » du totalitarisme, qui ont payé cher le prix de la liberté retrouvée.

 

Assassiner un professeur, c’est s’en prendre à la République et à sa devise héritée des Lumières « Liberté – Egalité – Fraternité », c’est piétiner la loi de séparation des églises et de l’état qui respecte le choix de chacun, croyant, athée, agnostique, c’est nier la mission civilisatrice et émancipatrice de l’école de la République, l’école de la laïcité et de la tolérance où l’on apprend les conditions même du « vivre ensemble » par le respect de soi et de l’autre.

 

Alors, ça suffit !

 

L’obscurantisme religieux, relayé par la triste radicalisation de jeunes ignorants, ne passera pas !

 

L’UNADIF-FNDIR apportera son soutien aux mesures que le président de la République et le gouvernement prendront pour éradiquer toute tentative de porter atteinte à la liberté de conscience, de pensée, d’expression, et protéger l’école, lieu privilégié de cet apprentissage.

 

Le Président et l'ensemble des membres du Bureau national et du Conseil d'administration national UNADIF-FNDIR

 

Union Nationale des Associations de Déportés et Internés de la Résistance et familles