Un arbre planté pour un Déporté-Résistant

Un arbre planté pour un Déporté-Résistant

 

Mémorial de l'Internement et de la Déportation de Compiègne-Royallieu, samedi 20 novembre 2021
 
 
Notre président départemental Gérard Bocquery et notre Drapeau UNADIF-FNDIR de l'Oise étaient présents à la plantation du 1000ème arbre dans le jardin de la mémoire du Mémorial de l’Internement et de la Déportation du camp de Compiègne-Royallieu, en présence des enfants et petits-enfants de René Leduc.
 
1000ème arbre planté en hommage à René Leduc, Déporté-Résistant
 
 
(extrait de l'allocution de Marc-Antoine Brekiesz, Président de "Mémoires et Avenirs" :
 
" Monsieur René Leduc, le grand-père de Robin, un paysagiste travaillant au sein de Hié paysage, auquel cet arbre est dédié.
 
​Refusant les obligations du STO, René Leduc cherche à rejoindre les Forces françaises libres en Afrique du Nord, sans succès. Il est arrêté sur dénonciation le 6 avril 1943, à St-Jean Pied de Port.
 
​Son passage au camp de Royalieu est de courte durée : arrivé en septembre, il le quitte le 28 octobre avec 934 co-détenus. La destination : Buchenwald. Le matricule : 30560.
 
Le 30 octobre 1943 à 00h10, veille de son anniversaire, René Leduc s’enfonce dans les ténèbres.
 
​Transféré au camp de travail de Thekla le 5 décembre, ce n’est que le 13 avril 1945 qu’il le quitte. Face à l’avancée de l’armée russe, les SS qui gardent le camp sélectionnent les prisonniers les plus résistants, tandis que les autres sont enfermés dans l’un des deux baraquements, auquel le feu est mis.
 
​L’horreur.
 
​Les autres, les chanceux, sont jetés sur les routes, dans une longue marche de la mort vers la Tchécoslovaquie. Les plus faibles, encore, sont abattus sur le bord de la route. ​L’horreur à chaque instant.
 
​René Leduc lui, finira sa marche, blessé par une balle tirée d’un avion allié le 17 avril. Libéré avec son groupe le 9 mai 1945, il regagne la France le 28 mai, après 27 mois de violences, de soumissions et d’obligations sans limites.
 
 
Parce qu’un arbre est ce qui symbolise le mieux le lien entre le passé, le présent et le futur,
Parce qu’un arbre planté dans l’enceinte de ce lieu de souvenir est le liant parfait entre la mémoire et l’avenir,
je vous propose à présent de planter ensemble symboliquement, le 1000ème arbre de notre opération Turbo-Bosquets.”
 
 
Photo D.R.  Notre président Gérard Bocquery porte notre Drapeau UNADIF-FNDIR de l'Oise, Maria Araujo et Marc Antoine Brekiesz, Maires-adjoints de Compiègne, Olivier Paccaud Sénateur de l'Oise, Sandrine de Figueiredo et Eric de Valroger, Conseillers départementaux de l'Oise.
 
Album-photos complet sur notre page facebook de l'Oise :