Hommage au groupe Gallais

Hommage au groupe Gallais

 

HOMMAGE AU GROUPE DE RESISTANCE GALLAIS

Mercredi 21 septembre 2022 à 11h

Cimetière de Fougères

 

 

La Ville de Fougères rendra hommage au Groupe de Résistance GALLAIS le mercredi 21 septembre au cimetière à 11h, date de la commémoration de l’exécution des membres du Groupe GALLAIS (21 septembre 1943).

 

A cette occasion, le Maire de Fougères déposera une gerbe à leur mémoire au monument situé au cimetière de Fougères.

 

La Ville de Fougères invite les personnes qui le souhaitent à s’associer à cet hommage.

 

 

RENE GALLAIS et le « groupe GALLAIS » de Fougères

 

René Gallais est né le 16 mars 1892 à Pleugueneuc en Ille-et-Vilaine. A 15 ans, en 1907, il

entre dans la marine à Brest comme mousse. Il fait toute la guerre 14-18 dans la marine et

sa conduite au feu lui vaut une citation à l’ordre du régiment. Placé en congé de

démobilisation en 1919, il s’installe à Nouméa en Nouvelle Calédonie où il épouse, en 1920,

Andrée Chardin. En 1925, le couple et leur fille Huguette, née en novembre 1921, s’établit

en région parisienne où naîtra Gérald en 1926.puis successivement à Chatillon sur Indre,

Angers et Pontorson.

 

En 1929, René Gallais retourne à Nouméa et songe à y faire revenir sa famille au moment

où son beau-frère de Pontorson lui fait part d'un poste vacant à Fougères. . C'est ainsi

qu'en 1931, René Gallais devient guide et gardien du château de Fougères. A la déclaration

de guerre, il n’est pas mobilisé en raison de son âge. En juin 1940, les soldats français fuient

devant l’invasion allemande. Un cousin de la famille Gallais arrive à Fougères avec son

régiment. Désespérés, les soldats commencent à casser leurs armes sur les murs du

château pour que les Allemands ne puissent pas les utiliser. René Gallais pense

spontanément à les récupérer, conscient de leur future utilité. Il les cache dans une tour du

château.

 

Dès le lendemain, des soldats allemands sont là et il doit leur faire visiter le château. Il se

rend compte que laisser les armes là est trop dangereux. Le 18 juin, il entend l’appel du

général de Gaulle à la radio qui d'emblée renforce sa volonté de combattre pour la France .

Il dit à sa famille et à ses amis : « Les enfants, nous sommes sauvés. On a un chef... ».

 

Aussitôt, il s’organise, il trouve des agriculteurs dans des villages alentours qui acceptent

de cacher des armes, des commerçants ayant encore leurs véhicules pour les

transporter, et des voisins du quartier, animés du même idéal. Très vite, un groupe d’une

cinquantaine de personnes est formé.

 

En août 1940, il rencontre le capitaine Chodet qui fait partie du réseau rallié à Londres «

Ceux de la Libération ». Aussitôt, le groupe Gallais s’y rattache et ainsi, est en liaison avec

Paris.

 

René Gallais, employé à la mairie de Fougères, fabrique de faux papiers d’identité et fournit

des cartes alimentaires aux premiers évadés. Il est appelé « La Toucheférond ».

 

Andrée Gallais, son épouse, dites "JA", reste à la maison et sert ainsi de relais pour passer des informations à son mari ou à ceux qui la contactent, dont Raymond Loizance dit "Harvois"

Huguette Gallais, leur fille est à l’école d’infirmières à Rennes et fait déjà partie d’un groupe

 

de Résistants. Très vite, elle abandonne sa formation et rejoint le groupe à Fougères. Elle

est chargée d’organiser des passages de clandestins en zone libre. Elle est appelée «

Juanita ». Le groupe héberge les officiers de l’Intelligence Service ou du BCRA. Il ravitaille

et organise le retour vers l’Angleterre des parachutistes.

 

Il fait parvenir à Londres des renseignements sur les troupes allemandes, sur leurs

déplacements et sur les barrages organisés par les feldgendarmes. C’est le travail de Jules

Frémont qui est transporteur et il obtient de nombreux renseignements par le gendarme

Jagu.

 

Le groupe étant au point, René Gallais reçoit des Forces Françaises Libres de Londres

l’ordre d’organiser son groupe en unité combattante. Il en est désigné chef pour Fougères

 

et Jules Frémont pour Saint-Brice. Ils sont près à faire des sabotages mais ils sont trahis et

arrêtés.

 

 Un couple a réussi à infiltrer le réseau en faisant croire qu’il a des contacts avec

l’Angleterre, mais en fait, ce sont des autonomistes bretons du Parti National Breton de

Mordrel et Debeauvais, recrutés par l’Abwehr pour dénoncer les personnes agissant contre

l’armée allemande.

 

Le 9 octobre 1941, de bon matin, les Allemands envahissent la conciergerie du château de

Fougères où vivent René Gallais, son épouse Andrée et leurs deux enfants Huguette et

Gérald. Ils fouillent la maison et les arrêtent tous les quatre. Ils sont emmenés sur la place

d’Armes avec une cinquantaine de membres du réseau. Ils sont enfermés dans des

chambres de l’hôtel des Voyageurs jusqu’à ce que des cars viennent les embarquer pour

Angers, via Rennes. Lors de leur embarquement, beaucoup de Fougerais sont rassemblés

sur la place et chantent la Marseillaise. Les Allemands les repoussent.

 

Gérald Gallais, le frère d’Huguette, est libéré immédiatement faute de preuves. Une tante de

Pontorson vient le chercher. Sous prétexte d’aller récupérer des vêtements et des affaires

d’école, il récupère les trois pistolets qu’avait cachés sa mère, les met dans son cartable et

les dépose chez Joséphine Caillet, membre du groupe. En octobre 1944, il est arrêté et

déporté dans des circonstances non encore élucidées. Il passe au Struthof, à Dachau et à

Auschwitz. Il est porté disparu. Il aurait eu 19 ans à la fin de la guerre

 

Beaucoup de membres du groupe sont relâchés de la prison « Le Pré Pigeon » d'Angers,

faute de preuve. Il ne reste plus alors que quatorze détenus. Huguette Gallais aura ses 20

ans dans cette prison.

 

En novembre 1941, les femmes sont transférées à la prison de la Santé, les hommes à la

prison de Fresnes à Paris. Le 18 décembre, ils sont envoyés en Allemagne.

 

Joseph Brindeau, dit "petit Zef" tuberculeux, meurt le 30 mars 1942 à l’hôpital d’Augsburg

Théophile Jagu, dit « le gendarme » est libéré, faute de preuve et grâce au silence de ses

camarades. Il rentre à Fougères.

 

 Andrée Gallais et Louise Pitois dite"Souris" restent dix-huit mois au secret, dans des

cellules individuelles, le temps de l’instruction. Huguette Gallais y reste 21 mois.

 

Les douze membres du groupe Gallais sont déférés devant le tribunal d'Augsburg le 23

février 1943. L’audience est pénible. Elle dure de 9 heures à 21 heures 30. Ils sont tous

condamnés à mort et transférés à la prison « Stadelheim » de Munich, le 9 septembre 1943.

 

C’est au cours de ce transport qu’ils se verront pour la dernière fois.

 

Le 21 septembre 1943, 8 hommes du groupe sont guillotinés. Il s’agit de : René Gallais,

Raymond Loizance, Marcel Pitois, dit Rase motte. Antoine Perez, dit Antoine. Louis Richer, dit

La Boulange. François Lebosse , dit le primeur. Jules Rochelle dit le Loup et Jules Frémont, dit le Bricois.

 

Quoique condamnés comme les autres, Andrée Gallais, Huguette Gallais sa fille, Louise

Pitois et Marcel Le Bastard dit Aramis ne sont pas exécutés mais déportés comme NN

(Nacht und Nebel = Nuit et Brouillard).

 

Marcel Le Bastard survit et revient à Fougères ainsi qu’Andrée et Huguette Gallais. Louise

Pitois meurt du typhus le 10 mai 1945 après avoir vu la libération du camp par les Anglais.

 

Tous les membres décédés du groupe Gallais sont morts pour la France. Ils ont reçu la

Légion d’Honneur, la croix de guerre et la médaille de la Résistance française à titre posthume.

 

 

 

Biographie réalisée par

Renée THOUANEL-DROUILLAS et Soline ROFFE-GALLAIS