11 novembre 2021 à Grenoble

11 novembre 2021 à Grenoble

 

 

Grenoble, jeudi 11 novembre 2021

 

 

 - Une première cérémonie, était organisée devant la plaque qui marque l’emplacement exact de l’arrestation qui eut lieu le 11 novembre 1943. Ce jour-là, des centaines de Grenoblois, voulaient commémorer l’Armistice de 1918, les Allemands procédèrent à une vaste arrestation, 600 personnes furent arrêtées, elles passeront trois nuits à la caserne de Bonne. Les Allemands relâcheront les femmes et les enfants. Mais 400 hommes seront déportés vers les camps de la mort.

 

A la fin de la guerre, on ne compte qu’une centaine de personnes qui reviendront de l’enfer des camps. A ce jour, il ne reste que trois survivants, la ville de Grenoble rendait hommage à Vincent Malerba, seul présent à cette cérémonie, venu accompagné de son fils Jacques.

Jean-Pierre Celse, président de l’association des Déportés du 11 novembre 1943, racontait les tristes évènements de cette page d’histoire qui a marqué à jamais la ville de Grenoble.

La gerbe commune des associations a été déposée, par l’Association pour la Mémoire de la Déportation, l’Amicale des Déportés du 11 novembre 1943 et l’Union Nationale des Associations de Déportés et Internés de la Résistance et Familles de l’Isère (UNADIF – FNDIR 38)

 

 

 - La deuxième cérémonie qui commémorait le 103ème anniversaire de la signature, à Compiègne, de l’Armistice de la Première Guerre mondiale se déroula place Paul Mistral devant le Monument aux Morts pour la France.

Cette guerre a fait plus de 20 millions de morts, combattants et civils, auxquels il faut ajouter des millions de blessés. Ne l’oublions jamais !

 Une délégation des élèves de l’externat Notre –Dame participait à la cérémonie, les élèves ont rendu hommage aux poilus de 1914-1918 en déposant une gerbe. Jacques Contensouzac, président départemental de l’UFAC a lu le manifeste de l’association : « Il n‘est pas une ville, il n’est pas un village de France qui ne garde, gravé dans la pierre d’un monument ou dans la mémoire, le souvenir de l’héroïsme d’une jeunesse terriblement éprouvée et décimée par cinquante-deux mois de combats meurtriers ».

 

 

 - A 19 heures sur la place de Verdun, une troisième cérémonie était organisée pour honorer l’engagement des militaires français sur les théâtres d’opérations extérieures dans le monde, et plus particulièrement au Sahel pour les troupes de montagne. Une cérémonie mémorable voulue par le Général Paul Sanzey, à la tête de la 27ème Brigade d’Infanterie de Montagne (27e BIM). Le Général souhaitait cette cérémonie, qui honora les 2 270 militaires de la 27ème BIM de retour en France, compte tenu de l’engagement de ses troupes ces derniers mois, notamment dans le cadre de l’opération Barkhane au Mali, de retour de la bande sahélo-saharienne. N’oublions jamais les 55 militaires tués au Mali.

Le Général Paul Sanzey, dans son ordre du jour, a félicité ses troupes pour leur travail « parfaitement accompli » lors des OPEX de ces derniers mois : « J’ai souhaité faire comprendre aux Grenoblois le rôle de nos troupes dans la fameuse opération Barkhane, qui fait couler beaucoup d’encre, mais qui fait la fierté de nos corps d’armées et de la France »

 

 

 

Jean-Paul Blanc, président UNADIF-FNDIR 38